UFC - Que Choisir Boulogne B. - Sèvres - Chaville - Ville-d'Avray

CONSEILS SUR LITIGES

Evitez les « pièges » du démarchage à domicile

 Démarchage : activité commerciale qui consiste à solliciter la clientèle à son

domicile. (Le Petit Robert).

 

Nous vous appelons  à la prudence :

  • ne laissez pas entrer un démarcheur,
  • n’engagez pas la conversation au téléphone et, bien entendu,
  • ne communiquez pas vos coordonnées bancaires.

 

            Certains démarcheurs n’hésitent pas à se réclamer de sociétés

connues ou de  collectivités territoriales. (« Pour vendre des contrats

d’assurance, certains démarcheurs mandatés par la société KSM dérapent

en se faisant passer   pour des agents d’EDF ou GDF. 

 

            On vient sonner à votre porte : « je suis chargé de… », « c’est pour

 une enquête ». Peu importe le prétexte : tous les moyens sont bons pour

entrer dans la place.

C’est particulièrement dangereux quand il y a deux personnes, qui ont alors une

force de persuasion plus importante. Il faut savoir que le démarcheur touche

une commission pour faire signer une commande qui est souvent surfacturée :

il s’incrustera éventuellement deux ou trois heures jusqu’à ce qu’il ait

obtenu satisfaction.

 

« On travaille chez votre voisin« 

Les occupants de maisons individuelles connaissent bien cet argument

(vrai ou faux) destiné à donner confiance. Pour les couvreurs, il

s’accompagne souvent d’un constat alarmiste : « on a vu que des tuiles

étaient déplacées« ou « vos tuiles sont envahies par la mousse« .

Mieux vaut ne pas se laisser  impressionner et si l’on est vraiment inquiet,

s’adresser à un couvreur local !

 

Autre « astuce » : Le coup de fil au directeur

Pour emporter la décision, le démarcheur a une astuce qui commence à être

connue : le coup de fil au directeur. Après avoir annoncé un prix gonflé et

l’avoir un peu réduit, il consulte son directeur. Miracle : une commande

vient d’être annulée et des conditions exceptionnelles peuvent être

consenties,sous réserve de signature immédiate.

 

 Variante du procédé : le prix peut être sensiblement réduit si l’on profite

d’une fin de stocks ; le directeur indique qu’il reste très peu du matériau

et que le prix réduit (sic) ne peut être accordé qu’en cas de signature rapide.

 

Bien entendu, il s’agit de scénarios montés à l’avance ! 

 

 

Précautions pour un devis

  • Un devis peut être gratuit (cas le plus fréquent) ou payant – à condition que

        ce soit  annoncé à l’avance. Nous avons vu un devis, baptisé « étude

          personnalisée », facturé 380 € !  Toujours poser la question.

  • C’est le devis qui fait foi en cas de litige sur la nature du matériel

        et/ou des prestations. Ne signez donc pas un devis imprécis, même si

        l’entreprise vous fournit verbalement des compléments d’information.

  • En cas de dépannage, ne signez pas : « devis reçu avant travaux »

          s’il a été établi  en cours de travaux ou après ceux-ci.

  • En principe, le devis doit dissocier matériel et main d’œuvre. Dans la

        pratique, ce n’est pas toujours le cas. Cette dissociation est pourtant

       impérative  lorsque les  travaux   ouvrent droit à une subvention ou un crédit

       d’impôt  concernant  uniquement le matériel.

 

 Pour une installation ou des travaux importants,

demandez donc un devis détaillé.