UFC - Que Choisir Boulogne B. - Sèvres - Chaville - Ville-d'Avray

QUELQUES LITIGES RESOLUS

avec la FNAC

Madame C. a acheté, au prix de 328,40 € TTC un HOME CINEMA au magasin FNAC de BOULOGNE – BILLANCOURT.

Au bout de quelques mois cet appareil s’est révélé défectueux.

Madame C. l’a retourné, conformément aux indications qui lui ont été données par le magasin de Boulogne, dans un emballage qu’elle a reçu., au 4 rue Langevin – 78130.
Cette adresse est celle de l’assurance (SPB) de la FNAC qui prolongeait la garantie de bon fonctionnement jusqu’à 3 ans de l’appareil. Par la suite cette assurance s’est révélée inutile.

Elle reçoit, en retour, par mail, de SPB, un bon d’achat de 279,99 € TTC, la FNAC ayant compté de la vétusté sur le prix de son achat, ce qui est contraire à la loi et qui démontre l’inutilité de l’assurance complémentaire SPB.
Et elle se trouve devant l’obligation de rajouter la différence de prix pour l’achat d’un autre modèle (le SONY – BVD 620, ayant replacé le BVD 600, au prix de 399,90 € TTC)

Ces propositions sont inacceptables par notre adhérente Madame C.

Malgré 2 appels téléphoniques au chef du SAV de Boulogne et une lettre R+AR envoyée, Madame C. n’a reçu aucune autre proposition de la part de SPB.
Alors, Madame C. consulte notre association locale, dont elle est adhérente, qui, après examen de son dossier, envoie une lettre à la FNAC pour lui rappeler ses obligations légales.

Plusieurs semaines après l’envoi de cette lettre Madame C. reçoit un chèque de 327, 40 € TTC, correspondant au prix du matériel acheté ainsi qu’un remboursement, partiel, de l’extension de sa garantie à 3 ans, la FNAC ayant décompté la période assurée où le matériel était en fonctionnement.

Madame C. souhaité arrêter à ce stade sa réclamation, mais conserve un mauvais souvenir de la FNAC.

Une fois encore, notre intervention, a permis à un de nos adhérents, de préserver ses droits de consommateur.

Cas traité par l’association Locale UFC Boulogne-B- Chaville-Sèves-Ville -d ‘Avray.